Search
lundi 27 juin 2022
  • :
  • :

Valorisation de l’AENF: la collaboration de la société civile sollicitée

Le Centre National des Ressources de l’Éducation non formelle (CNR-ENF) abrite depuis ce mercredi 18 mai 2022, pour trois jours, les travaux de l’atelier sur la campagne de mobilisation de la société civile active dans l’alphabétisation et l’éducation non formelle (AENF).

Initiée dans le cadre de la mise en œuvre projet intitulé « Partenariat de la société civile pour un plaidoyer en faveur de l’éducation non formelle » au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Tchad ; l’objectif principal de cette rencontre est de mobiliser les acteurs de la société civile œuvrant dans le sous-secteur de l’AENF en faveur d’une synergie d’actions pour constituer une force d’influence et de changement positif dans le repositionnement du secteur AENF comme stratégie de développement.

Elle a regroupé pendant 3 jours, une trentaine de participants venus des structures membres de consortium (GRADE Africa, APENF, AAPPOR, UPT) ; la direction nationale de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle (DNAENF) ; des directions régionales l’alphabétisation et de l’éducation non formelle ; ainsi que d’autres ONG œuvrant dans l’AENF.

À travers cette formation, il s’agissait de fédérer les efforts de la société civile à travers la mise en place des coalitions nationales (COSENF) et une coalition interpays (CISENF) pour soutenir l’AENF.

Au terme des travaux, il s’agit pour les acteurs étatiques et de la société civile d’adhérer à la théorie du changement du projet ; de faire des recommandations pour améliorer l’approche du projet.

Selon les responsables de l’ONG APPOR-Mali,  partenaire chargé de l’exécution dudit projet au Mali, l’objet principal de ce projet est de créer un environnement sous-régional favorable à la promotion de l’AENF et propice à une meilleure collaboration entre les gouvernements et la société civile à travers la valorisation de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle (AENF) au niveau de ces 4 pays cibles.

À noter que GRADE Africa assure le lead de la mise en œuvre de ce projet prévu pour une durée de trois ans entre 2021 à 2024.

La stratégie d’intervention repose sur le développement et la redynamisation des partenariats ; le renforcement des capacités des acteurs ; la mobilisation des ressources internes et la promotion des financements innovants ainsi que la valorisation et le repositionnement de l’AENF comme secteur clé de développement socioéconomique.

Le projet prend en compte l’aspect systémique des contraintes à la création d’un environnement sous régional favorable à la promotion de l’AENF et propice à une meilleure synergie entre les acteurs clés.

Pour rappel, grâce à un financement triennal du Partenariat mondial pour l’Éducation (PME), composante OC3, le consortium composé de GRADE Africa (chef de file) au Niger, de l’Association pour la promotion de l’éducation non formelle (APENF) au Burkina Faso, de l’Association d’Appui aux Populations rurales (AAPPOR) au Mali et l’ONG Université populaire du Tchad met en œuvre le projet intitulé « Partenariat de la société civile pour un plaidoyer en faveur de l’éducation non formelle » au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Tchad.

Par Abdoulaye

OUATTARA 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *