Search
lundi 1 mars 2021
  • :
  • :

Vol de plus de 754 bétails à Kéniéba: des preuves qui confondent Samba Diallo

S’il y a un phénomène qui agace aujourd’hui la population du cercle de Kéniéba, c’est bien celui du vol de bétail dont elle est victime, ces temps-ci. De 2015 à 2016, on comptabilise plus de 754 vaches disparues. Un fort soupçon des populations pèse sur un certain samba Diallo, boucher à Bétéa, dans la commune rurale de Sitakili. Dépassées par cette situation, les populations interpellent les autorités à trouver une solution au problème en mettant hors d’état de nuire ceux-là qui les empêchent de dormir.

Selon nos sources, le nommé Samba Diallo détient cinq boucheries, dont un à Betéa où il abat les animaux tard dans la nuit. Il détient d’autres boucheries à Sitakili, à Kofing, à Woro et à Djidian.
Avec toutes ces boucheries qui fonctionnent en son nom et en l’absence d’abattoir connu du public pour ce besoin, de forts soupçons pèsent sur cet homme, indiquent de sources locales. Aussi, ni la population ni les services vétérinaires qui surveillent ou contrôlent l’état de santé des animaux abattus interrogés n’ont pu donner une réponse satisfaisante quant aux activités de M. DIALLO. Le paradoxe, dit-on, est que le suspect s’oppose catégoriquement à toute personne qui décide de faire un tour dans son parc à bétail.
« La tête d’aucun animal abattu n’est non plus visible. Les peaux sont superposées. L’on n’a aucun moyen de repérer son animal perdu. Quand tu passes chez lui pour vérifier la trace de ton animal perdu, à partir des peaux qu’il prend soin de superposer les uns sur les autres, cela est pratiquement impossible. Pour quiconque qui veut tenter cette aventure, il impose comme préalable de payer, pour chaque peau, soulevée 10 000 FCFA », nous a confié une propriétaire de bétail qui a perdu récemment quelques têtes.
Une autre source a témoigné que récemment un berger du village de Kofing du nom d’Alassane YATTASSAYE avait été enfermé à Kéniéba pour avoir dénoncé deux présumés voleurs (Falaye SISSOKO et son complice). Ces derniers auraient détaché 19 vaches dudit berger pour les conduire à Bétéa où est implantée une boucherie du présumé voleur Diallo.
Les deux voleurs présumés auraient été détenus à Kéniéba non pas parce qu’ils sont auteurs de vol, mais pour des raisons de sécurité pour eux.

Des preuves qui confondent
En effet, selon nos sources, le principal suspect des vols de bétail dans le cercle de Kéniéba, après avoir quitté son cercle d’origine, est venu s’installer à Yérémakono, un village situé à 15 km de Sitakili. Peu de temps après, il a été chassé de ce village pour vol excessif de bétails. Le fugitif est allé s’installer provisoirement à Sadiola où il a été surpris et grièvement blessé par fusil dans un parc tard dans la nuit, nous confit-on. Selon nos sources, après cette affaire, il a trouvé refuge à Djidian où il fut emprisonné.
C’est après ces courts séjours dans tous ces villages où il a été pris la main dans le sac que Samba DIALLO rejoint sa belle-mère à Bétéa.
Dans la commune de Sitakili, les victimes de Samba DIALLO se comptent par dizaines. Largement dépassé par le vol de leur bétail, et avec les preuves qu’ils détiennent contre ce peul boucher, les neuf chefs de village de Bétéa, Linguekoto, Djibourouya, Kofing, Neima, Kambélé, Djantissa, Woro et Baboto, ont porté plainte contre le nommé Samba Diallo. Le dossier est actuellement en instance alors que le présumé voleur se la coule douce dans son village, convaincu que rien ne lui arriver.
Les autorités judiciaires sont donc interpellées à s’y mettre pour que cette affaire soit tranchée avec la plus grande rigueur afin que les villageois de cette commune retrouvent la quiétude.
En tout cas, de sources généralement bien informées auprès de la population de Kéniéba, indiquent que ces populations sont déterminées à ne plus laisser aucune chance aux voleurs de bétail qui les empêchent de dormir.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *